Blog trail

Trail stories

Mes meilleures vidéos de Trail !

Mes meilleures vidéos de Trail !

Si comme moi, vous avez soif d’aventures et de grands espaces et que vous en avez marre du Covid, du confinement et de la sinistrose ambiante ! Echappez vous en regardant mes meilleures vidéos de Trail ! Alors vous êtes prêt ? 3, 2, 1 Evadez vous ! 

La Barkley sans pitié !

Anton Krupicka
"ultra pur"

Le Barkley Marathon est sans nul doute une des épreuves les plus dure au monde dans l’univers de l’ultra-endurance…

Anton Krupicka un être à part dans le monde du Trail ! Son attitude minimaliste, avec sa barbe, ses cheveux longs, son mini-short, courant souvent torse nu ou sans chaussure

"The Source" Courtney Dauwalter

"Unbreakable"
la Western States 100

Découvrez Courtney Dauwalter, la meilleure ultra-runneuse du monde actuellement. Portrait d’une athlète hors norme avec un mental de guerrière…

Découvrez la mythique Western States 100, la plus ancienne course d’ultra endurance Américaine ! 

"La Diagonale des Fous" avec François D'haene

"A long day out" de Kilian Jornet

Vivez « la diagonale des fous » embarquez avec François D’haene quadruple vainqueur de l’épreuve ! Une course hors norme dans des paysages grandioses…

Kilian Jornet nous fait vivre une aventure en montagne près de chez lui, dans les incroyables fjords norvégiens. Une expédition de 168 km et 22 000 m de dénivelé positif cumulé magnifique.

L'UTMB® 2017

80 KM du mont Blanc inside

Le choc des Titans 2017 avec les plus grands traileurs du monde au départ, François D’haene, Kilian Jornet, Xavier Thévenard, Jim Walmsley. Une course d’anthologie…

Le 80 Km du Mont-Blanc est une épreuve mythique de trail running dans la vallée de Chamonix-Mont-Blanc. Avec ses 82 Km et ses 6000m de dénivelé positif et ses paysages à couper le souffle…

La définition du Trail wikipédia

Le trail vu par wikipédia

La définition du Trail par wikipédia

Le trail, la course nature ou plus rarement la course en sentier, est un sport de course à pied, sur longue distanceen milieu naturel, généralement sur des chemins de terre et des sentiers de randonnée en plaine, en forêt ou en montagne. Trail est l’abréviation, propre aux francophones, de l’anglais trail running.

Depuis quelques années, le trail rencontre un succès grandissant en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Aux États-Unis, le nombre de coureurs de trail est passé de 4,5 à 6 millions entre 2006 et 2012. En Europe, les pratiquants seraient huit millions. Les données statistiques publiées par l’ITRA en 2020 illustrent et confirment le phénomène de « massification de la pratique du trail ». Ainsi de 2013 à 2019, l’ITRA a enregistré 25 700 courses dans 195 pays ou régions autonomes différentes à travers le monde pour plus 1,77 million de pratiquants, dont 77% étaient des hommes et 23% des femmes (ITRA, 2020). Aujourd’hui, le trail-running continue de se développer mondialement et est devenu l’un des sports qui connaît la plus forte croissance au monde.

« Ma diagonale des fous 2019 »

Raconté par le journaliste Christian Furling article paru dans la voix du Nord du 10/11/2019.

À La Réunion, « j’ai tutoyé les anges »

Préparation !

L’envie de la Diagonale des Fous est née lors d’une soirée rougail-saucisses chez un collègue. « Jérémy, qui l’avait déjà bouclée, il nous a fait rêver. Quelques-uns ont décidé de s’inscrire. Moi je pensais faire un petit trail, la Diag’ c’était trop dur pour moi. 9 600 m de dénivelé positif, c’était l’Éverest pour moi. Mais je me suis laissé entraîner. On s’est inscrits le 18 décembre 2018 ».

Commence une préparation très stricte et progressive. « On s’est entraîné au mont Saint-Aubert, en Belgique, et sur les terrils ; on les montait et descendait pendant trois heures. On nous appelle les hamsters ». Ensuite, vacances d’été à Gap et en Corse pour « manger» de la montagne. Quatre semaines avant la course, avec six collègues et amis, place à un « week-end choc ». « On a couru trois jours de suite, avec nos sacs de 5 kg. On a avalé 115 km et 8 300 m de dénivelé ».

« Comme un rêve »

« Ça a été ma plus belle course, comme un rêve ». Pour l’ambiance, d’abord. « Pour les Réunionnais, la Diag’, c’est comme le Tour de France ; c’est l’euphorie dans l’île pendant trois jours… Je me suis fait déborder par l’émotion des créoles qui nous ont encouragés tout au long de la route, on avait l’impression d’être Bernard Hinault… » Sans oublier la solidarité entre coureurs, les liens intimes qui se créent au fil des longues marches. En outre, les Réunionnais (la moitié des 2 800 participants) conseillent les néophytes.

Une course de rêve, ensuite, pour les paysages parcourus, grandioses et sauvages. « J’ai l’impression d’avoir traversé cinq continents, tant les paysages sont variés ». Depuis la mer au sud et une chaleur tropicale jusqu’aux forêts des monts volcaniques, à 0º C. Une course de rêve parce que ma famille m’a encouragé dans la première partie du parcours et l’a accueilli à l’arrivée. Parce que j’ai vécu l’intense satisfaction de terminer et que mon corps a moins souffert que je le craignait.

Une aventure intérieure

Pour parvenir à rallier l’arrivée, il faut avoir un mental à toute épreuve. « Les douleurs arrivent au bout de 80 km. Mais comme on les connaît, on arrive à les gérer ». Rien de trop méchant sur cette Diagonale, si ce n’est une crise d’hypoglycémie en voulant suivre un groupe dans une montée. Au-delà, « il faut visualiser les étapes du parcours, le fractionner, chaque pas compte ; et je me projetais sans cesse l’image mentale de mon arrivée, entouré de ma femme et de mes enfants ».

Une aide précieuse au moment de plonger dans le cirque de Mafate. Soit dix heures sans lumière hormis la frontale, seul sous les étoiles, coupé du monde puisqu’aucune route ne conduit jusque-là. « Il y a énormément d’abandons avant la descente dans le cirque ». Lui s’y est livré. Contemplatif, il a pris des photos et le temps d’admirer la nature. « La fatigue du corps aidant, on se met à réfléchir, l’esprit lucide. J’ai pensé à des gens décédés. C’est un voyage intérieur, spirituel. Je me sentais poussé par ma mère, décédée brutalement il y a quelques années, j’ai tâché de savoir si j’avais fait mon deuil ».

Les bonus

Finalement, j’ai passé la ligne d’arrivée comme dans mes rêves, entouré par les miens. Le premier bonus, ce furent quinze jours de vacances avec la famille à La Réunion. Le second bonus a résidé dans l’accueil surprise et triomphal de ses amis des Foulées de Bondues et de Décathlon, en gare Lille-Flandres.

Comment choisir ses chaussures de Trail ?

Comment choisir ses chaussures de Trail

Conseil : Comment choisir ses chaussures de Trail 

Comment choisir ses chaussures de Trail ?

Nous vous proposons de vous aider à choisir la chaussure de Trail la plus adéquate en fonction de vos besoins. En effet, que vous soyez débutant, confirmé ou compétiteur, vos critères de choix ne seront pas les mêmes. De même, que vous courriez en plaine, sur des terrains vallonnés, en bord de mer ou en montagne, les choix proposés seront également très différents en fonction de la nature du terrain dans lequel vous évoluerez. 

anatomie d'une chaussure de Trail
Annatomie d'une chussure de Trail

ACCROCHE

C’est le plus important dans la pratique du Trail. En effet, l’accroche vous permettra de courir sur des terrains variés (boue, terre, cailloux…). Vous  privilégierez en fonction de votre terrain de pratique, des crampons plus ou moins importants. Pour les terrains faciles / mixtes (sentiers/routes), il faut des crampons de 3 à 4 mm. Pour les terrains engagés (boue, dénivelé, cailloux, pierriers), on vous conseille de choisir des crampons de 5 à 6 mm. 

ADHERENCE

L’adhérence est liée à la qualité du caoutchouc de la semelle extérieure de votre chaussure. En effet, celui-ci doit être suffisamment efficace pour que vos pieds ne glissent pas sur des surfaces mouillées et lisses (roches, escaliers, dalles, parties en bitume lors de vos trails…). 

AMORTI

L’amorti est indispensable en Trail surtout si vous voulez protéger votre corps des impacts répétés au sol. Bien souvent, plus vous choisirez une chaussure légère et performante, plus le dynamisme et la relance seront privilégiés et donc l’amorti sera moindre comparé à celui d’une chaussure de Trail plus classique. Souvent, les notions d’amortis sont notées en magasin ou sur Internet avec des étoiles 5 étoiles. Cinq étoiles  correspondent à une chaussure ayant un amorti très important. 

POINTURE ?

Il est judicieux de prévoir une pointure voire une pointure et demi de plus que la normale selon les marques. En effet, en trail surtout en longue distance, vos pieds ont tendance à gonfler. Vous devez pouvoir passer un doigt entre le talon et l’arrière de la chaussure. Attention sachez que selon les marques, votre pied correspondra en 43 dans une marque et en 42 dans l’autre, par exemple.

POIDS

Le poids d’une chaussure de Trail peut varier en fonction de votre niveau, de votre lieu de pratique et votre besoin  : courte distance, moyenne distance, ultra trail. 

  •  Chaussure compétition : Vitesse / Dynamisme / Légèreté / Adhérence => poids entre 195 et 255 grammes en taille 42. 
  • Chaussure Loisir : Confort / Amorti / Souplesse / Flexibilité  => poids entre 260 à 300 grammes en taille 42 
  •  Chaussure terrains mixtes : Accroche / Amorti / Confort / Maintien => poids entre 270 à 320 grammes en taille 42. 
  • Chaussure montagne et ultra Trail : Accroche / Protection / Stabilité / / Maintien / Amorti => Poids entre 290 à 350 grammes en taille 42. 

CONFORT

Le confort se gère en fonction du feeling et de votre sensation dans la chaussure. Le confort d’accueil est très important : de quelle manière vous sentez-vous lors de l’enfilage et la mise en place de la chaussure ? Vous devez vous sentir comme dans un chausson. Vous ne devez ressentir aucune gêne et aucun point dur. Vérifiez également le moelleux de la semelle et les mousses internes au niveau de la malléole et de la cheville. Votre pied doit être dans un cocon. 

PROTECTION

Vous devez surtout si vous évoluez sur des terrains montagneux et pierreux avoir des renforts sur vos chaussures. En effet, vos pieds doivent être protégés en particulier vos orteils pour éviter les blessures. Pour cela, vous avez des systèmes de renforts, le pare-pierres qui est situé à l’avant de vos chaussures cette pièce protège vos orteils des impacts de cailloux, pierres ou rochers. Vous avez également des protections latérales reliées au pare-pierres, qui se trouvent sur les côtés avant de la chaussure. Il protège les parties latérales avant de vos pieds et vous retrouvez une protection du talon qui enveloppe l’arrière de la chaussure. Ces protections sont souvent des pièces rigides ou semi-rigides en plastique. Vous devez donc observer et toucher vos chaussures avant l’achat surtout si vous pratiquez en montagne. 

MAINTIEN & STABILITE

Votre pied doit être maintenu dans la chaussure, les renforts latéraux doivent vous permettre une bonne stabilité du pied sur terrain accidenté. Votre pied ne doit pas basculer facilement, (risque de torsion cheville = entorse) et la chaussure ne doit pas être trop molle. Vérifiez également la largeur de la semelle en contact avec le sol notamment le médio-pied. Plus une chaussure a un contact large avec le sol, plus elle est stable. Plus la semelle en contact avec le sol, est étroite notamment au niveau du médio-pied, plus elle aura tendance à basculer notamment sur les terrains accidentés. 

Qu'est-ce que le DROP ?

Le « drop », c’est la différence de hauteur entre l’arrière du talon et l’avant (avant-pied) de la chaussure. Pour faire simple, plus l’arrière du pied est élevé, plus le drop est élevé car la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière sera importante. A l’inverse si vous marchez pieds nus, le talon et l’avant du pied touchent le sol et sont à la même hauteur : le drop est de zéro (appelé foulée naturelle pour les puristes donc drop 0) . 

Plus le talon est haut plus le drop sera important. Attention : le drop est à la mode depuis quelques années dans le milieu du Trail et il provoque parfois des choix inappropriés de chaussures. De plus, il peut dans certains cas accroître les risques de blessures. Enfin, le drop a un impact direct sur les muscles et les tendons. Avec un drop faible, les mollets et les tendons d’Achille sont plus étirés. C’est pourquoi, tout changement de drop doit se faire très progressivement dans votre pratique.

RESPIRABILITE versus ETANCHEITE 

Je vous préconise d’utiliser des chaussures de Trail classique sans membrane (type gore-tex ou autre). En effet, une chaussure de trail avec membrane sera effectivement assez agréable en début de course, car l’eau n’entre pas. 

En revanche, si l’eau passe par-dessus la cheville, l’eau va stagner et sera moins bien évacuée qu’avec une chaussure classique. Une fois l’eau dans la chaussure respire et sèche très mal. Pour ces raisons, les chaussures de trail à membranes sont donc une « fausse bonne » idée. Je ne connais pas de traileurs confirmés qui courent avec des chaussures à membrane types gore-tex pendant de longues courses. S’il pleut et que vous partez pour plus d’une ou deux heures, encore plus si vous partez en Ultra Trail, utilisez plutôt des chaussures classiques qui permettront à votre pied de respirer et de sécher plus rapidement après une traversée de rivière ou la pluie.

DURABILITE

Difficile de répondre à cette question sur la durée de vie d’une chaussure de Trail. En effet, la durabilité dépend de différents facteurs : lieux de pratique, corpulence, forme de pied, structure de la chaussure, marque….Par exemple, une chaussure légère et peu rigide va durer en moyenne entre 300 et 500 km tandis qu’une chaussure rigide et un peu plus lourde pourra tenir en moyenne entre 500 et 800 km. Certaines chaussures peuvent même durer jusqu’à 1000 km. Vous l’avez compris, il est difficile de se prononcer sur ce point car il est multi-facteurs.

Scroll to top